Skip to main content
|

Une recherche du Centre de recherche en comptabilité et gouvernance CGA-Canada de l’Université d’Ottawa portant sur le lien qui existe entre la divulgation des risques et le rendement des entreprises a conclu que le niveau des risques divulgués ne permet pas de prédire le rendement des entreprises. L’étude “Enterprise Risk Management and Business Performance during the Financial and Economic Crises” a été publiée dans la revue Problems and Perspectives in Management.

La réglementation oblige les entreprises à communiquer les principaux risques et tendances, actuels et potentiels, qui pourraient avoir une incidence sur leurs états financiers. Si les résultats en matière de rendement ont changé de façon radicale entre 2008 et 2009 en raison de la crise financière et de la récession économique qui a suivi, les rapports annuels d’entreprises publiés en 2007 et 2008 n’ont révélé qu’une légère augmentation de la divulgation de l’exposition au risque, des conséquences des risques et des stratégies de gestion des risques. Les résultats donnaient également à entendre que les changements dans le rendement au niveau opérationnel, comptable et financier se sont produits à des moments différents. La crise a eu une incidence immédiate sur les données mesurant la valeur de marché des actions, tandis que ses répercussions sur les ventes et les marges bénéficiaires avant intérêts et impôts ont été retardées.

« La gestion du risque d’entreprise (GRE) a encore une certaine valeur », affirme Daniel Zéghal, FCGA, directeur exécutif du Centre de recherche en comptabilité et gouvernance CGA-Canada et co?auteur de l’étude. « En fait, les constatations font davantage ressortir les lacunes probables des stratégies de communication des risques que les limites des programmes de gestion des risques d’entreprise. Les entreprises qui se livrent à la gestion des risques d’entreprise devraient être bien au fait des risques globaux inhérents aux différentes activités commerciales. »

Certaines lacunes dans la collecte et la communication de données de qualité relativement à la GRE ont été décelées dans le cadre d’une précédente étude, selon laquelle la crise de 2008 n’a entraîné que de modestes changements en ce qui concerne la divulgation d’information sur la gestion des risques au sein des entreprises non financières canadiennes.

Monsieur Zéghal ajoute que les recherches portant sur la relation entre le rendement des entreprises et la divulgation d’information liée à la GRE n’en sont encore qu’à leurs débuts. « Des recherches supplémentaires, à partir d’un échantillon beaucoup plus vaste et sur une période plus importante, et des outils analytiques améliorés contribueront à fournir une image plus précise de la relation entre la GRE et le rendement des entreprises. »


Au sujet de CGA-Canada

L’Association des comptables généraux accrédités du Canada (CGA-Canada), fondée en 1908, fournit des services à 75 000 CGA et étudiants au Canada et dans près de 100 pays. Professionnels respectés dans les domaines de la comptabilité et de la gestion financière, les CGA travaillent en entreprise, dans le monde de la finance, dans le secteur public et en cabinet privé. CGA-Canada établit les exigences en matière d’accréditation et les normes professionnelles associées au titre de CGA, offre du perfectionnement professionnel, poursuit des activités de recherche et de défense des intérêts, et représente les CGA tant au pays que sur la scène internationale. www.cga.org/canada-fr.

Consultez le Magazine CGA pour plus de rensignements .

 

© 2018 Telfer School of Management, University of Ottawa
Policies  |  Emergency Info

Close